Communication

Les objectifs de ce volet ?
Faire connaître le procédé « Phytobarre » des spécialistes et du grand public et proposer aux agriculteurs la mise en place de nouveaux usages.
En fonction des cibles seront menées différentes actions de communication par le biais de supports dynamiques, interactifs et pertinents. Une grande variété d’actions de communication sera menée tout au long de ces trois années et dirigée vers les cibles suivantes : agriculteurs, collectivités locales, chambres d’agriculture, centre de formation agricoles et grand public.


Le site web

L’outil majeur et central pour la communication du projet  est  le site internet (http://www.lifephytobarre.eu/).  Les pages web seront  enrichies tout au long du projet  avec des films,  des documentaires, une plaquette, des actualités, etc.web

Diffusion à destination des agriculteurs et des collectivités locales
Salons agricoles. Les Ets BARRE et la station expérimentale « La Pugère » présenteront le procédé « Phytobarre » à l’occasion des salons agricoles auxquels ils participent  (Vinitech SIFEL, Salon International du bio et de l’Agriculture Durable (SIAD), Salon d’Automne Aquiflor, salon méditerranéen de la Filière Fruits et Légumes (MIFFEL), etc.).

poster 1  poster 2  poster 3

Des supports pour la formation dans le secteur agricole

  • Panneaux. A côté de chaque démonstrateur est apposé un panneau d’informations.panneau 1
  • Un DVD pédagogique multilingue, sera réalisé en 2016. Il sera constitué d’extraits des films réalisés ainsi que d’un livret explicatif. Ce support permettra la diffusion vers les établissements d’enseignements, en Europe et à l’international, ainsi que vers les collectivités locales.
  • Des visites sur les exploitations. Former sur les pratiques culturales fait partie notamment des missions du partenaire « La Pugère ».  Les visites des écoles, des lycées agricoles, des collectivités territoriales et des groupements d’agriculteurs, tout au long de l’année, seront l’occasion de les initier à ce procédé innovant. Le campus « Louis GIRAUD », quant à lui, accueille chaque année plusieurs centaines d’apprenants qui seront autant de cibles pour la dissémination de l’information.

Communication vers les scientifiques et les experts

  • Publications scientifiques. Les résultats sur le volet biotechnologie feront l’objet de publications dans des revues spécialisées.
  • Un séminaire sur la gestion des effluents phytopharmaceutiques sera organisé en 2015. Les acteurs d’autres projets LIFE, d’organismes de recherche ou d’entreprises privées impliqués dans cette thématique seront réunis pour mettre en place un réseau et des actions de communication.
  • Salons professionnels : Les Ets BARRE présenterons également le procédé lors du salon Pollutec (Le salon des professionnels de l’environnement et de l’énergie). Le CEA/LBC communiquera sur le procédé lors de sa participation au salon Biomicroworld (conférence internationale sur la microbiologie environnementale, industrielle et appliquée)

Diffusion tout public

  • Films. Pendant les trois années du projet seront réalisés des films documentaires. Deux traiteront de l’aspect sociologique, avant et après l’installation des démonstrateurs. Un troisième parlera de l’utilisation des produits phytosanitaires du siècle dernier à nos jours. Le partenaire AMU/LESA organisera des projections.
  • Une table ronde thématique télévisée avec les partenaires du projet, des acteurs institutionnels, des utilisateurs des démonstrateurs ainsi que des utilisateurs potentiels est planifiée en2015. Ces intervenants débattront de la politique de mise en place de stations de traitement des effluents phytopharmaceutiques et de la réception sociale liée à la contrainte réglementaire.
  • Publications. Le partenaire CEA, via ses publications, pourra valoriser le projet, au national comme à l’international (CEA Bio, CEA news, etc.). Le partenaire AMU publiera les résultats du projet  via les Presses Universitaires de Provence.